You are here
Home > الرئيسية > حدث في مثل هذا اليوم – 10 نوفمبر 1985

حدث في مثل هذا اليوم – 10 نوفمبر 1985

ريشة صدري تحملنا اليوم إلى ذات مباراة بين السي آ و السي أس أس زمن الكرة الصحيحة و الفن …
تسافر بنا ريشة صدري إلى يوم 10 نوفمبر 1985 لتبوح بأسرار كلاسيكو كانت تنتظره الجماهير العريضة بكل شغف …
من انتصر ؟ من سجل ؟ من كانوا أبطال هذه المباراة ؟
ريشة صدري صيود لن تبخل علينا بتفاصيل هذا الكلاسيكو فتابعوها …
10 novembre 1985 : l’illusion du leadership
En ce début novembre 1985, grâce à ses jeunes pousses, le Club Africain retrouve à la faveur de son succès sur le CSS une place de leader détaché qu’il n’a plus connue depuis quasiment deux ans. Pour cause de crise économique nationale et d’austérité budgétaire clubiste, aucun recrutement n’a renforcé l’équipe. Seule l’invitation du FC Sarajevo vaut à l’équipe d’éviter d’avoir pour seule préparation d’intersaison un rassemblement au centre militaire du Bardo Pour l’effectif, la démarche est logique : les dirigeants préfèrent puiser dans le réservoir de jeunes talents dont le Club dispose parmi les double-champions de de Tunisie juniors. Le staff qui succède à l’inégalable André Nagy a lui aussi été promu en interne : Ahmed Zitouni, qui a mené ses juniors aux deux titres consécutifs tout en fournissant l’ossature de la sélection qualifiée à la Coupe du Monde de la catégorie, est entraîneur de l’équipe-fanion, avec comme adjoint Attouga, sacré lui avec les minimes.
Le début de saison est morcelé entre mondial juniors en URSS, jeux panarabes à Casablanca et dernier tour qualificatif mondial face à l’Algérie. Cette dernière balaye les fantasmes mexicains de Youssef Zouaoui et nous prive de Moncef Chargui abandonné à son sort par l’encadrement fédéral après avoir subi un traumatisme crânien à la fin du match aller. Zitouni lui ose incorporer un junior par ligne ou plus (Mohamed-Hédi Abdelhak, Habib Boughanmi, Lotfi Rouissi et Sami Touati), et ce sont eux, impliqués dans 5 des 7 buts de la meilleure attaque du pays qui valent au CA d’être au sommet. Et encore Sid Ahmed s’est-il passé des services de Amor Hamouda, Moez Maiel ou Kaïs Yaakoubi.
Milor Popov, l’un des rares entraîneurs reconduits, fait montre d’une prudence excessive. Le Club Sfaxien, balloté dès la première minute par une action de Bayari que n’exploite pas Sami Touati, ne va se créer que deux occasions de but sur l’ensemble du match. Et il ne devra qu’à la sortie de Hedi Bayari, heurté par Hriz qui sauve son camp sur une action de Rouissi, de ne pas concéder sa défaite plus tôt. Le temps pour Tounsi de sauver les siens, pour Zitouni de réorganiser à la pause ses troupes privées donc de Bayari, leur point de référence sur le terrain, et le Club Africain l’emporte. Sami Baganda, en véritable renard des surfaces, exploite d’abord une bévue de Hriz et ouvre le score peu après la reprise. Les sfaxiens craquent physiquement, usés par la pression constante des frères Touati, et dix minutes plus tard suite à un une-deux, Abdelli centre en retrait pour Sami Touati qui signe son doublé personnel et fixe un résultat que les visiteurs, qui alignent Lotfi Sanhaji, ne seront jamais à même de contester.
Stade Olympique d’El Menzah , dimanche 10 novembre 1985 – cinquième journée
Arbitrage de Ali Ben Naceur
Club AfricainClub Sportif Sfaxien 2-0 (0-0)
Buts : Sami Touati (51ème, 62ème)
CA : Mokhtar Naïli – Lotfi M’haïssi, Moncef Chargui, Kamel Chebli, Med.-Hedi Abdelhak, Abdallah Hammami, Sayed Bergaoui, Sami Touati (Mounir Metoui), Lotfi Rouissi, Med.-Hedi Bayari (Lassâad Abdelli 17ème), Khaled Touati. Entraîneur : Ahmed Zitouni
CSS : Hriz – Ben Kahla, Cheikhrouhou (Slim Ayadi), El Houch, Tounsi, Sami Ayadi, Lejmi, Hafedh Soudani, Sanhaji, Chokri Trabelsi (A.Dergaâ), Ghraïri. Entraîneur : Milor Popov
Hélas, dès la journée suivante, une défaite à Kairouan fera chuter le CA qui ne retrouvera plus le sommet de la saison. Pire, les juniors manquant encore de rythme, l’équipe ne connaîtra plus le succès avant la nouvelle année civile (succès 3-1 sur Kerkennah dont un but ‘maradonesque’ de Abdelli) et devra se contenter de succès d’estime (infligeant au champion étoilé sa seule défaite de la saison), reportant ses ambitions sur la Coupe pour s’en voir priver par une nouvelle mascarade arbitrale. Mais les graines semées avec ces jeunes générations porteront en leur temps les plus beaux fruits.
Top